: a a a a
: A A A

Commencez à lire le site à voix haute et contrôlez la vitesse et le volume à l’aide du lecteur. Vous pouvez également survoler et cliquer pour lire à voix haute n’importe quel texte sur le site.
Ajoute un masque anti-distractions à l’écran. Bloquez tout le contenu non nécessaire et faites défiler la page ligne par ligne.
Modifie le curseur par défaut & et son pointer pour une version plus large vous facilitant la navigation sur le site web.
Simplifiez n’importe quelle page sur le site web en 1 clic. Vous pouvez également contrôler le contraste, les couleurs et la taille du texte et imprimer la page.
Menu accessibilité
APEI Aube
apei-telechargement-documentations

Environnement

theme_actu-en-avt_icn-like

L’IME Gai Soleil au chevet de la nature

Troyes – Âgés de 8 à 16 ans, une trentaine de jeunes de l’Institut médico-éducatif Gai Soleil, ont nettoyé, vendredi après-midi, les rues aux alentours de leur établissement.

Equipés de chasubles, gants, masques, la trentaine de jeunes de l’IME Gai Soleil s’apprêtent à collecter les déchets souillant les abords de l’établissement.

Ils ont passé les berges de Seine au peigne fin, vendredi, pour les débarrasser des multiples détritus jonchant le sol. Ils, ce sont une trentaine d’enfants, âgés de 8 à 16 ans, de l’IME Gai Soleil, gérée par l’association APEI de l’Aube.

Pour leur première participation à l’opération nationale « Nettoyons la nature », en partenariat avec l’enseigne Leclerc qui a fourni pour l’occasion des kits adaptés au protocole (chasubles, gants, masques, sacs…), une dizaine de sacs ont été remplis. À l’intérieur, canettes, bouteilles de bière, mégots, emballages de restauration rapide et… masques, nouvelle pollution liée à l’épidémie de Covid.

« Au-delà du thème de la nature, il est question de développement personnel, d’éducation morale et civique »

Mélinda Dubé, enseignante
Cette mobilisation a trouvé son origine dans l’observation d’un enfant suivi par l’équipe éducative de l’IME. « On sort beaucoup, on fait de grandes marches dans les bois ou dans la rue et l’un des jeunes autistes que nous suivons me montrait tout le temps les déchets au sol. Je me suis donc renseignée sur l’opération Nettoyons la nature », explique Céline, éducatrice. « D’où cette première participation à laquelle se sont greffés des jeunes de l’IMPro (institut médico-professionnel) tous partants. »

Mais l’éco-citoyenneté ne se limite pas à un seul jour par an. Cette action ponctuelle vient s’ajouter à celles déjà bien en place dans l’établissement qui accueille des enfants déficients intellectuels. Chaque mardi, un groupe de jeunes de l’IMPro participe à l’activité « marche », à l’extérieur de l’établissement, afin de ramasser divers déchets pour ensuite les quantifier puis les trier.

Le tri, support éducatif

« Les jeunes sont déjà très sensibles à l’environnement, on en profite pour compléter ou étoffer ce qu’ils observent. » Tandis que le groupe des « marins », axé sur le bien-être et la détente, mène une action ciblée sur le tri de papier « qui va au-delà du tri, puisqu’on travaille la motricité, les repères dans la rue, le code de la route », ajoute un éducateur.

Plus globalement, le tri et le recyclage servent de support éducatif. « Au-delà du thème de la nature, il est question de développement personnel, d’éducation morale et civique sur soi, les autres, sur l’environnement. On aborde la responsabilisation, agir individuellement ou collectivement, la coopération… », complète Mélinda Dubé, enseignante. « Toutes ces actions permettent aux jeunes d’être dans l’actif. Ça les responsabilise et leur permet de gagner en autonomie. »

Sylvie Gabriot – L’Est Eclair


0

4

Partager l'article :